L’Enterré vivant (Roger Corman. 1962)

Tout d’abord, j’aimerais remercier personnellement Roger Corman pour La Petite boutique des horreurs (1960) et pour avoir contribué à la carrière de Martin Scorcese, Francis Ford Coppola, Joe Dante, Jonathan Demme, Jack Nicholson…

Du fond du cœur Roger. Big up.

Au 19ième siècle, une jeune femme se rend au domaine de l’homme qu’elle aime. Elle réalise peu à peu que son bien aimé est totalement obsédé par l’idée d’être enterré vivant. L’homme tombe dans une spirale folle et rejète tout le monde autour de lui, malgré cela, elle fera tout pour lui venir en aide. L’Enterré vivant est tourné en grande partie en studio, chaque fois qu’on sort d’ un manoir ou d’ un mausolée, c’est pour aller dans une clairière près d’un cimetière dont la particularité est sa brume constamment en lévitation au dessus du sol. On y voit des scènes pendant lesquelles il semble soudain très agréable de cueillir des fleurs, en couple, près des pierres tombales et les jambes enfoncées dans le brouillard. Quel drôle d’endroit où vivre pour un homme dont la pire angoisse est de mourir Enterré vivant ! Le scénario de ce film m’a beaucoup fait penser à Le Secret derrière la porte (Fritz Lang. 1948). La comparaison s’arrêtera au niveau du scénario puisque Roger Corman est un cinéaste à classer dans la série B et qu’ il filmait en quelques jours avec des budgets microscopiques et des salaires de misère. Contrairement au film de Fritz Lang, L’Enterré vivant est raide, parfois risible, les personnages sont naïfs, les situations peu crédibles, les décors et les costumes font bricolés et le suspense n’est pas vraiment présent. Malgré tout, ces petits défauts lui donnent une vraie dimension esthétique, à prendre aujourd’hui au second degré, comme un objet de collection bizarroïde, à la manière de cette belle affiche que vous voyez ci-dessus. J’ajoute que ce film fait partie du « cycle Edgar Allan Poe » dans la filmographie de Corman,il a également réalisé La Chute de la maison Usher, Le Corbeau, La Chambre des tortures, L’Empire de la terreur et d’autres.

Et voilà chérie. Ici, ça sera parfait pour un p’tit pique-nique !

PCJ séance n°27

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s