Frenzy (Alfred Hitchcock. 1972)

Tout d’abord, j’aimerais remercier personnellement Sir Alfred Hitch’ de m’avoir démontré qu’à 73 ans et 50 films, un master reste un master.  Où que tu sois Hitch’, je tiens à te dire que mon plus gros fantasme cinématographique serait que tu sois encore là, juste pour voir à quoi ressembleraient tes films aujourd’hui.

Frappe deux fois si tu m’entends Alfred.

Frenzy reste méconnu par rapport aux mastodontes hollywoodiens réalisés par Hitchcock (Psychose, Fenêtre sur cour, Les Oiseaux, Vertigo, La Mort aux trousses…). Tourné en Angleterre, Frenzy est l’avant dernier film du cinéaste. Il y reprend son fameux thème du faux coupable pourchassé à tort. Cette fois, la chasse a lieu dans une Londres populaire décrite avec un humour grinçant. Pour ce film, Hitchcock devient plus vulgaire et cynique. Du coup, son film prend un aspect à la fois réaliste et théâtral, moderne et classique, acide, terrifiant et drôle. On y trouve un grand nombre d’éléments nouveaux mêlés avec habileté avec les ingrédients déjà existants du cinéaste. Ce film parle de meurtre, de culpabilité, de sexe et de nourriture. Bon appétit.

« Ravissant… ravissant…ravissant… » (En version originale : « Lovely… Lovely… Lovely… »)

PCJ séance n° 18


 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s